A. Grépinet

Après une formation lumière à l’ENSATT, la recherche lumineuse d’Adèle Grépinet ne se limite pas au théâtre.

Très sensible au monde de l’art contemporain, elle met en œuvre ses connaissances au service d’installations lumineuses, tant dans le collectif Ça Marche Pas Tout Seul avec Les exceptionnelles démonstrations de phénomènes innovants (fête des lumières de Lyon, 2006) qu’au sein de l’association Elektrophonie, avec qui elle créé le festival d’utopie sonore NUIT BLEUE aux Salines Royales d’Arc et Senans de 2003 à 2011, ainsi que le festival Back to the trees dans une forêt de Besançon en 2012.
Avec le collectif Le Sillon, elle réalise l’installation Faites/Venir aux 7/7 de Dijon en janvier 2014.

Sur scène, elle se lie au GdRA pour les créations lumières de Singularités Ordinaires, Nour, Sujet, Lenga et d’autres formes plus ponctuelles.

Toujours dans le domaine circassien, elle évolue aux côtés de la compagnie Baro d’Evel avec qui elle créé Ï, Mazùt, Obres, et Bestias prochainement et Falaise.

En 2014 elle entame une collaboration avec Yoann Bourgeois lors de la création de Celui qui tombe.

Depuis la rentrée 2017, elle travaille au sein du Galactik Ensemble pour la création de Optraken.

Avec la Cie Animae Corpus, elle éclaire les chorégraphies de Thibaud Le Maguer.

Au côté de Pierre Kuentz, elle met en lumière des opéras pour le festival d’Ambronay dès 2006 (Ercole Amante, Les Trocqueurs), puis s’intègre pleinement à la Compagnie des Infortunes, auprès de qui elle crée Allégorie Forever, Le tombeau des baigneuses, Idylles, et diverses formes menées lors de travaux d’écoles. Elle est d’ailleurs souvent alliée de Pierre Kuentz durant ses formations au conservatoire de Lyon.

Avec Michel Raskine, elle participe aux créations de Atteintes à sa vie de M. Crimp à l’ensatt, Périclès prince de Tyr de W. Shakespeare aux nuits de Fourvières, ainsi qu’à la reprise de Huis Clos de Sartre en tournée. Elle est aussi éclairagiste et assistante à la mise en scène à ses côtés sur deux productions avec les élèves de la Comédie de Saint Etienne en 2010 avec Don Juan revient de Guerre de O. Von Orvath, ainsi que Nature Morte de M. Tsipos en 2014. A partir de 2015 elle s’allie plus intimement à RASK!NE ET CIE pour les créations de Au cœur des ténèbres de J. Conrad et Maldoror, chant 6 du comte de Lautréamont.

Elle éclaire aussi les pièces écrites et misent en scène par Samuel Gallet et le collectif Eskandar.