C. PAGA & G. BAILLIART

LE BOUFFON – DERNIÈRE ÉDITION (STAGE COMPLET)


Du 24 octobre au 4 novembre 2016 [Saint-Amant-Roche-Savine, 63] – 88H
Stage proposé par Cédric PAGA et Guillaume BAILLIART
En partenariat avec le centre culturel Le Bief d’Ambert (63)

Bouffon tout cru avec Guillaume Bailliart et Cédric Paga

Photos : Sophie Rossano et François Herpeux

PRÉSENTATION DE LA FORMATION

Public concerné : danseurs, artistes de rue et de cirque, performers, comédiens, marionnettistes, professionnels.

Objectifs psychagogiques :

  • Travail de chœur, de l’énergétique de groupe. Mise en perspective de la dissidence.
  • Travail sur le corps truculent, les déformations corporelles et les rajouts anatomiques. La géopsychologie de la prise de paroles, les influences contextuelles et spatiales du castelet à l’agora.
  • Élargir ses degrés de conscience, son acuité, son amplitude de jeu et son pouvoir de décision et d’écriture instantanée.
  • Instituer des binômes de travail avec des grilles de lecture et de critique. Constituer une boîte à outils. Outils d’autonomie et de renforcement de l’intuition créatrice. Enquêter sur les forces bouffonnantes de l’acteur.

NOTE D’INTENTION DES (DÉ)FORMATEURS

« C’est poussés par une cruelle nécessité que nous souhaitons remettre au goût du jour le bouffon. Le Morosophe nous manque. Nous proposons de regrouper une petite meute composée d’une douzaine d’individus, dont la vocation éphémère serait d’enquêter sur la bouffonnerie et sa truculence. Puis peut-être d’inventer une micro-société bouffonne (dont il nous faudrait comprendre les fonctionnements), rencontrant au passage quelques spécimens bouffons (que nous pourrions sculpter et qui nous tailladeraient en retour). L’expérimentation, l’observation, l’analyse seront les outils de ce stage en forme d’enquête. Nous chercherons à définir des processus de jeu et d’investigation sans en attendre de résultat, afin de rester ouverts à la découverte de territoires et de phénomènes inconnus. Imaginant le bouffon comme un endroit de puissance de survie par le jeu, nous souhaiterions trouver les protocoles susceptibles de réveiller cette force archaïque qui se matérialise et s’invente entre la cervelle et les organes génitaux. Le bouffon joue de la transgression. Afin d’activer ce jeu nous devrons partir en quête de nos normes, en groupe et individuellement, pouvoir les nommer, en éprouver la force de contrainte et apprendre à transformer cette force en obstacle pour le jeu, c’est à dire en déclencheur de vitalité. Nous souhaitons ainsi faire apparaître des pensées brutes, des ouragans d’énergies, des masques inconnus, des organisations délirantes.

Venez nombreux, il n’y a que 12 places. »

UNE LÉGENDE DU BOUFFON

La peste frappa.
Les morts se multipliaient.
L’épidémie gagnait partout.
La panique et la peur décidèrent d’emmener tous les malades sur une île pour mettre fin au cauchemar.
On les débarqua en catastrophe, comme des bêtes.
Le temps passa.
La santé revenait doucement.
Certains curieux prirent l’habitude de se rendre sur l’île, afin d’observer les pestiférés survivants, par goût de la laideur et du divertissement qui l’accompagne.
Très vite, l’île devint une attraction célèbre et les malades, morts-vivants, revenus de tout, n’avaient plus peur de rien si ce n’est de leur propre histoire. Ils avaient, dans la folie et la faim, construit une communauté chaotique et festive, l’esprit aiguisé par l’expérience du rejet et les corps déformés par la maladie.
La communauté prit conscience, petit à petit, de son don étrange, dérangeant, inconnu; une certaine capacité à dépasser les bornes, à voir la vérité en face.
Pressés de retrouver une place dans cette société qui les avait bannis, ils monnayèrent alors leur talent pour les visiteurs avides d’aventure et assoiffés de transgression.
Ainsi naquirent les bouffons.

INFORMATIONS PRATIQUES /

Pour vous inscrire à cette formation, cliquez ici
Merci de joindre un CV et une lettre bouffonne dans votre formulaire d’inscription !

Pour tout complément d’information lié aux tarifs et financements possibles : eve(at)superstrat.fr