JEREMY WADE

« ARTICULATION DISORIENTATION » (LABORATOIRE ANNULÉ)


du 24 au 30 juin 2013 [Pontempeyrat] – Date limite d’inscription: 28 mai (réponse le 30).
Laboratoire proposé par Jeremy WADE
Tarif (hébergement et pension complète) 600 euros


Laboratoire Jeremy WADE

PRÉSENTATION DU LABORATOIRE

Public concerné: danseurs, comédiens professionnels et amateurs de tous genres.

NOTE D’INTENTION DE L’ARTISTE

« Ma technique chorégraphique est une rencontre entre les dimensions esthétique, sociologique et neurologique. Je tire le mouvement de l’attention intense de la multiplicité des impulsions du corps qui sont tirées de processus neurologiques, des constructions sociales de la norme, et des décisions esthétiques. Le théâtre est une église de la perception. La scène devient un moteur où les actions / réactions intersubjectives sont propulsés dans l’espace, enveloppant le public dans une sensation et une association maximales. »

PROGRAMME ET ÉTAPES DE TRAVAIL

Ce laboratoire explore les paradoxes qui naissent de l’abandon et du contrôle simultanés dans la performance.

Nous naviguerons à travers de multiples moyens pour renoncer à tout contrôle du corps physique et émotionnel, lors de la perception, de la direction, de la déconstruction de notre expérience.

L’objectif de «Articulating Disorientation», est de sublimer et de réécrire nos habitudes / techniques afin d’obtenir un aperçu d’une possible transformation vers une phénoménologie Queer.

La sensation de l’altérité est pour l’artiste un moyen d’ouverture, puisque la discipline rend souvent le corps sur-codé par des habitudes. Le sentiment d’altérité ouvre de nouveaux seuils de perception et terrains sensibles.Cette manière de creuser une sensation étrangère est source d’inspiration. Nous construirons des partitions qui permettront de nous débattre dans ces espaces impossibles / intenables.

Quels paradoxes pour la performance de vouloir articuler les endroits de lâcher-prise!
Est-il possible pour un artiste virtuose, de se soumettre et de se permettre un échec sur scène? Les moyens par lesquels s’aborde ce paradoxe séduisant sont infinis. Nous tenterons de les explorer à travers ce stage.

«Allons encore plus loin, nous n’avons pas encore trouvé notre corps sans organes, pas assez défait notre moi. Le corps sans organes, c’est le refus de me voir attribuer des lieux de plaisirs, des lieux d’émotions, des lieux de douleurs.» Gilles Deleuze.

VIDÉO DE PRÉSENTATION DU TRAVAIL DE L’ARTISTE