GdRA LE GdRA

Motif_Formation

 

« PUT IN THE GAME BIOGRAPHY: THE FICTION IN ORDINARY »


2 modules of 10 days : June 30 to July 9 [Pontempeyrat] and 8 to 17 September [Grainerie, Balma] – 135 hours
Training proposed by GdRA (Christophe Rulhes and Julien Cassier)

Photo : Julien Cassier

Photo : Julien Cassier

TRAINING OVERVIEW

Audience :
– Artists: actors, dancers, circus artists, performers, artists, street performers, puppeteers
– Social scientists, philosophers, social workers, care workers

Learning Objectives :

  • Practices combine entertainment and arts and humanities scientific knowledge
  • Surveying the everyday, the ordinary and the banal, in a rural and border
  • Onstage question landscape, territory, the inhabitants trying to reach a fresh new lexicon and practice of the filmed interview and story development.

NOTE OF THE TRAINERS

 » Every day we investigate . Who is this person coming toward me? Why door does a yellow sweater? On a daily basis we produce small fictions and assumptions about reality. Ready- they reassure us and give meaning to the moment.
A work in our gestures, our books , our shows in our documentary , in our music, in our professional literature , in our research : snippets of real words and testimonies, with sensations from each other . Deny tantamount to think outside the world is impossible to deny . During this meeting, we will start the real and the investigation to make biographies and / or autobiographies stage which we will try to give a power to act , an aesthetic strength, ability to move or speak.
These stories will be from speech collected from people interviewed and surveyed on a delimited territory Pontempeyrat around the heart of a rural landscape. »

PROGRAMME OF WORK AND MILESTONES

We will try to answer in practical actions to three sets of questions:

1) What is writing in art and in life everyday from survey data ? What can be the formal tools for collecting and restitution ? What say? What are the potential offered by technology and digital tools ? How real does it hinders always a little liberty to say any ethical author ? What does it stimulates creativity by forcing writing? Why the real you it has taken this ability to give strong dramaturgy , powerful abstractions ? What the writing on the real questions you her attachments of the author? Why is reflexive ?

2) What is a survey? What are the techniques, pre and emerging relationships over the investigation ? Word, books , eyes, eyes , body placed , recording sounds and images … learn to wait , remember , ask a framework , be silent, to leave a note , a smile or a word emerge. Build a fact look. What is a collection of speech, an observation, an interview to the biography ?

3) What is a narrative identity and how to portray theater, circus, film , text, dance movement , digital or plastic installation, etc. . How to combine disciplines and arts around the story to another and so on ?

Experimentation will be convenient , in order to . Authors / investigators will use what they want and know how to pragmatically engage in achieving their placement : body, dance , gesture, gear , music, sound, text , costumes , objects , materials and surfaces , video, etc.

IN THE PRESS
/

 » They are explorers. They each invented a very personal stage language, going far dawdle codes of traditional theater in their generation, let other disciplines-dance, circus, puppetry, photography, video , painting, music, humanities, etc.-infuse the theater became obvious [..] since the field of experience is wide as the world. But unlike some of their elders and their peers-who sometimes used the toy « interdisciplinarity » so formal and a bit vain, their scenic universe has built organically from what they meant or explore significantly. »

LE MONDE – 2010 – Fabienne DARGE

PRACTICAL INFORMATIONS
/
To register for this training, click here
For further information related to rates and possible funding, contact Vanessa Rippe: v.rippe (at) hostellerie-pontempeyrat.com

Motif_Formation

« METTRE EN JEUX LA BIOGRAPHIE : DE LA FICTION DANS L’ORDINAIRE »


2 modules de 10 jours : du 30 juin au 9 juillet [à Pontempeyrat] et du 8 au 17 septembre [à la Grainerie, Balma (31)]
– 135 heures – Date limite pour les inscriptions : 15 juin

Stage en cours de conventionnement collectif auprès de l’AFDAS proposé par le GdRA (Christophe Rulhes et Julien Cassier)

Photo : Julien Cassier

Photo : Julien Cassier

PRÉSENTATION DE LA FORMATION

Public concerné :
– Artistes : comédiens, danseurs, circassiens, performers, plasticiens, artistes de rue, marionnettistes.
– Chercheurs en sciences humaines, philosophes, travailleurs sociaux, travailleurs du care.

Objectifs pédagogiques :

  • Allier les pratiques pluridisciplinaires du spectacle et des arts et les savoirs des humanités scientifiques
  • Enquêter auprès du quotidien, de l’ordinaire et du banal, dans un contexte rural et transfrontalier
  • Sur scène, poser la question du paysage, du territoire, du portrait, en essayant d’y mettre en jeux des biographies et des autobiographies

NOTE D’INTENTION DU COLLECTIF

« Tous les jours nous menons des enquêtes.
 Qui est cette personne qui s’avance vers moi ? Pourquoi porte-t-elle un pull jaune ? Au quotidien nous fabriquons des petites fictions et des hypothèses sur le réel. Prêtes à l’emploi elles nous rassurent et donnent un sens à l’instant.
A l’œuvre dans nos gestes, dans nos livres, dans nos spectacles, dans nos documentaires, dans nos musiques, dans nos écrits professionnels, dans nos travaux de recherche : des bribes de réel, des paroles et des témoignages, des sensations éprouvées auprès de l’autre. Le nier équivaut à se penser ailleurs que dans le monde, le nier est impossible. 
Au cours de cette rencontre, nous partirons du réel et de l’enquête pour fabriquer des biographies et/ou des autobiographies scéniques auxquelles nous essaierons de conférer un pouvoir d’agir, une force esthétique, une faculté d’émouvoir ou de dire.
Ces récits se feront à partir de la parole recueillie auprès de personnes rencontrées et enquêtées sur un territoire délimité autour de Pontempeyrat, au cœur d’un paysage rural. »

PROGRAMME ET ÉTAPES DE TRAVAIL

Nous tenterons de poser en actes pratiques trois séries de questions :

1) Qu’est ce qu’écrire en art et dans la vie de tous les jours à partir de données d’enquête ? Quels peuvent être les outils formels de la collecte et de la restitution ? Pour quoi dire ? Quels sont les possibles qu’offrent la technique et les outils numériques ? En quoi le réel entrave-t-il toujours un peu la liberté de dire de tout auteur éthique ? En quoi stimule-t-il la créativité en contraignant l’écriture ? Pourquoi le réel assumé possède-t’il cette faculté de donner des dramaturgies fortes, des abstractions puissantes ? En quoi l’écriture sur le réel questionne-t’elle les attachements de l’auteur ? Pourquoi est-elle réflexive ?

2) Qu’est ce qu’une enquête ? Quels en sont les techniques, les relations préétablies ou émergentes au fil de l’investigation ? Parole, carnets, yeux, regards, corps placés, enregistreurs de sons et d’images… savoir attendre, retenir, poser un cadre, se taire, pour laisser émerger un acte, un sourire ou une parole. Construire un fait du regard. Qu’est ce qu’une collecte de parole, une observation, un entretien, vers la biographie ?

3) Qu’est ce qu’une identité narrative et comment en faire le portrait au théâtre, au cirque, en film, texte, mouvement dansé, en installation numérique ou plastique, etc. Comment allier les disciplines et les arts autour du récit sur l’autre et sur soi ?

L’expérimentation sera pratique, en vue de faire. Les auteurs/enquêteurs se serviront de ce qu’ils souhaitent et savent pragmatiquement engager dans la réalisation de leur stage : corps, danse, geste, agrès, musique, son, texte, costumes, objets divers, supports et surfaces, vidéo, etc.

LA PRESSE EN PARLE
/

 » Ce sont des explorateurs: ils ont chacun inventé un langage scénique très personnel, en allant musarder loin des codes du théâtre traditionnel.
Dans leur génération, laisser d’autres disciplines – la danse, le cirque, la marionnette, la photographie, la vidéo, la peinture, la musique, les sciences humaines, etc- infuser le théâtre est devenu une évidence [..]
Dès lors le terrain d’expérience est vaste comme le monde. Mais contrairement à certains de leurs aînés-et de leurs camarades- qui ont parfois utilisé le joujou « interdisciplinarité » de manière formaliste et un peu vaine, leurs univers scénique s’est forgé organiquement à partir de ce qu’ils voulaient dire ou explorer de manière sensible. »

LE MONDE – 2010- FABIENNE DARGE

INFORMATIONS PRATIQUES
/
Pour vous inscrire à cette formation, cliquez ici
Pour tout complément d’information lié aux tarifs et financements possibles, contactez Vanessa Rippe : v.rippe(at)hostellerie-pontempeyrat.com