BALKANS 2014>2017 BALKANS 2014>2017


FRANZ FERDINAND PROJECT //OPENING AND CONFERENCE
May 10th, 2016
IN SARAJEVO (BOSNIA)


Memories and stories of the First World War: an artistic project linking SARAJEVO, BELGRADE, SAINT ETIENNE

Dessin : Pierre Courtin

Dessin : Pierre Courtin

Carried by the association Regards et Mouvements at the Hostellerie de Pontempeyrat / Loire

In partnership with : Gran Lux / Saint- Étienne Duplex 100m2 / Sarajevo Research station for Contemporary Art Perpetuum Mobile/ Belgrade

BACKGROUND /

The  » Franz Ferdinand  » project is part of a long-term work around the memory and history in the Balkan Region . In 2011 , Marjorie Glas, Robert Guillaume Baptiste Tired and had in fact initiated and finalized on Drina project (among others supported by the Région Rhône -Alpes and the Hostellerie de Pontempeyrat ) which consisted of the reconstruction of a hydro -electric machine as the people of Gorazde town in south- eastern Bosnia and Herzegovina , had devised during the war to produce their electricity. The machine , once rebuilt , was exposed to Gorazde and Sarajevo : become an object of art, monumental sculpture , she had questioned among residents the role of intimate personal memory as a collective in the process of building a story near that of the war in Yugoslavia . In 2014, France, Austria and Germany initiate the project  » Sarajevo heart of Europe », whose function is to commemorate the centenary of the First World War, which had started in Sarajevo , the assassination Prince Franz Ferdinand on the Latin bridge over the Miljacka River in the heart of the City. A series of various events are available for this occasion, all come to celebrate the memory of the war as it was built since then by the main belligerents in the First World War.

PROJECT /

This project is the brainchild of artists, researchers and managers to question cultural structures this memory work , as will be shown during the commemorations. If the assassination of Franz Ferdinand represents the beginning of the First World War in Austria as in France, it is also, in Bosnia and in the Balkans , synonymous with anti- colonial struggle against the Austro – Hungarian. It also tells a piece of the history of anarchism in these European countries. Gavrilo Princip, a Serbian student of Bosnia and Herzegovina , Yugoslav nationalist and assassin of the prince, and is a terrorist for the French and for the Austrians. Yet it is a figure of resistance in the Balkans since Princip has long embodied the struggle of people against the Austro-Hungarian and the defense of the Yugoslav ideal Empire. Considered a hero in the Royal Yugoslavia Alexander I as later in that of Tito , Gavrilo Princip was thus celebrated with a plaque commemorating his act in Sarajevo,on the same site of the bombing , which described him as  » a fighter of freedom.  » This plate was destroyed by the Nazis in April 1941 was replaced by another , in turn destroyed by the army of the Republic of Bosnia and Herzegovina during the war in the former Yugoslavia in 1992. Today a new plate holder the message  » Let there be peace on earth « , in English , Serbian, and Bosnian . In this context, it seemed interesting to question the manufacture of these national and international submissions in these commemorations. The memories are the result of various historical buildings and it is important to remember that none of them is more legitimate than another if it does not violate the historically and scientifically established facts . A reflection on the memorial and historical issues, dating back a century , like twenty years , as European French , Yugoslavian, Serbian or Bosnian , seems sensible to take necessary and then to share with an audience. We hope that this reflection is carried by artists whose common trait is being crossed intimately and in their own way by the great history of Europe. Researchers work closely with them to bring their rigor and insight into these memory issues . C

ooperation between cities, cultural institutions and artists

This project proposes to use the commemoration of the centenary of the First World War as a starting point for a more general reflection on the construction of national and transnational memories. Three cultural structures , Gran Lux in Saint -Étienne, Duplex 100m2 in Sarajevo and Research station for Contemporary Art Perpetuum Mobile in Belgrade, decided to seize the issue : each invite two artists to observe the commemoration of June 2014 in Sarajevo.

> Artists invited :
Stéphane Bonjour (France) : resume here
Marianne Maric (France) : website
Lana Čmajčanin (Bosnia and Herzegovina) : website here
Damir Radovic (France/Bosnia and Herzegovina) : website here
diSTRUKTURA (Serbia) : website here

Historians of each of the participating countries ( France , Bosnia and Herzegovina , Serbia) provide a historical and critical look around notions of history and memory to bring artists to take a fresh look at these issues. Each artist will then be invited , during a residence in Belgrade and then in Saint- Etienne , to produce a work , photographic, film or painting around these issues. A collective exhibition will be presented first at the Gran Lux (where photographs and films will be produced ), and in Sarajevo in the Festival Memory Module , and finally to Belgrade , on the banks of the Danube.

OPENING OF THE EXHIBITION AND CONFERENCE
//
Opening of the exhibition may 10th at Duplex 100m2 //

PRACTICAL INFORMATION :
Duplex100m2 : Obala Kulina Bana 22, first floor
71000 Sarajevo, Bosnia and Herzegovina
+387 (0) 66 488 832 / duplex100m2@gmail.com

Hostellerie de Pontempeyrat leads this project in partnership with the Rhône -Alpes region ( Fiacre International mobility component), the City of Saint- Etienne and the French Institute .


FRANZ FERDINAND PROJECT // VERNISSAGE DE L’EXPOSITION
DU 10 AU 16 MAI 2016 À SARAJEVO 


Mémoires et histoires de la première guerre mondiale :
un projet artistique reliant SARAJEVO, BELGRADE, SAINT-ÉTIENNE

Dessin : Pierre Courtin

Dessin : Pierre Courtin

Porté par l’association Regards et Mouvements à l’Hostellerie de Pontempeyrat / Loire

En partenariat avec : Gran Lux et la Cartonnerie / Saint-Étienne, Duplex 100m2 / Sarajevo, Research station for Contemporary Art Perpetuum Mobile/ Belgrade

CONTEXTE /

Le projet « Franz Ferdinand » s’inscrit dans un travail de longue durée autour de la mémoire et de l’histoire dans la Région des Balkans. En 2011, Marjorie Glas, Baptiste Tanné et Guillaume Robert avaient en effet initié et concrétisé le projet Drina, (entre autre soutenu par la Région Rhône-Alpes et l’Hostellerie de Pontempeyrat) qui consistait en la reconstruction d’une machine hydro-électrique telle que les habitants de Gorazde, ville du sud-est de la Bosnie-Herzégovine, l’avaient imaginée pendant la guerre pour fabriquer leur électricité. La machine, une fois reconstruite, avait été exposée à Gorazde puis à Sarajevo : devenue objet d’art, sculpture monumentale, elle venait questionner chez les habitants le rôle de la mémoire intime, individuelle comme collective dans le processus de construction d’une histoire proche, celle de la guerre de Yougoslavie. En 2014, la France, l’Autriche et l’Allemagne initient le projet « Sarajevo, cœur de l’Europe », dont la fonction est de commémorer le centenaire de la première guerre mondiale, qui aurait débuté à Sarajevo, par l’assassinat du prince Franz Ferdinand sur le pont latin qui enjambe la rivière Miljacka, au cœur de la Ville. Une série d’événements divers sont proposés pour cette occasion, tous viennent célébrer la mémoire de la guerre telle qu’elle a été construite depuis lors par les principaux belligérants de la première guerre mondiale.

LE PROJET /

Ce projet Franz Ferdinand est né de la volonté d’artistes, chercheurs et responsables de structures culturelles de questionner cette mémoire à l’œuvre, telle qu’elle va être représentée durant les commémorations. Si l’assassinat de Franz Ferdinand représente le début de la première guerre mondiale pour l’Autriche comme pour la France, elle est aussi, en Bosnie comme dans tous les Balkans, synonyme d’une lutte anti-coloniale contre l’Empire austro-hongrois. Elle raconte également un morceau de l’histoire de l’anarchisme dans ces contrées européennes. Gavrilo Princip, étudiant serbe de Bosnie- Herzégovine, nationaliste yougoslave et assassin du prince, est ainsi un terroriste pour les français comme pour les autrichiens. Pourtant c’est une figure de résistance dans les Balkans, puisque Princip a longtemps incarné la lutte d’un peuple face à l’Empire austro-hongrois ainsi que la défense de l’idéal yougoslave.
Considéré comme un héros dans la Yougoslavie royale d’Alexandre Ier comme plus tard dans celle de Tito, Gavrilo Princip fut ainsi célébré par une plaque commémorant son acte à Sarajevo, sur les lieux mêmes de l’attentat, qui le décrivait comme « un combattant de la liberté ».
Cette plaque, détruite par les nazis en avril 1941 fut remplacée par une autre, détruite à son tour par l’armée de la République de Bosnie et d’Herzégovine pendant la guerre en ex-Yougoslavie en 1992. Aujourd’hui une nouvelle plaque porte le message « Que la paix règne sur terre », en anglais, serbe, et bosnien.

Dans ce contexte, il nous a paru intéressant de questionner la fabrication de ces mémoires nationales et internationales dans le cadre de ces commémorations. Les mémoires sont le fruit de constructions historiques diverses et il est important de rappeler qu’aucune d’entre elles n’est plus légitime qu’une autre dès lors qu’elle ne contrevient pas aux faits historiquement et scientifiquement établis. Une réflexion autour de ces enjeux mémoriels et historiques, datant d’un siècle, comme d’une vingtaine d’années, européens comme français, yougoslaves, serbes ou bosniens, nous semble judicieuse à mener et nécessaire à partager ensuite avec un public. Nous avons souhaité que cette réflexion soit portée par des artistes dont le trait commun est d’avoir été traversés intimement et chacun à sa manière par la grande histoire de l’Europe. Des chercheurs travailleront en lien étroit avec eux pour apporter leur rigueur et leur éclairage sur ces enjeux mémoriels.

Une coopération entre villes, institutions culturelles et artistes

Ce projet propose d’utiliser la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale comme point de départ d’une réflexion plus générale sur la construction des mémoires nationales et transnationales. Quatre structures culturelles, L’Hostellerie de Pontempeyrat, Le Gran Lux à Saint-Étienne, Duplex 100m2 à Sarajevo et Research station for Contemporary Art Perpetuum Mobile à Belgrade, ont décidé de s’emparer de la question : chacune invitera deux artistes à venir observer les commémorations de juin 2014 à Sarajevo.

> Artistes invités :
Stéphane Bonjour (France) : découvrir son parcours ici
Marianne Maric (France) : website
Lana Čmajčanin (Bosnie-Herzégovine) : website
Damir Radovic (France/Bosnie-Herzégovine) : website
diSTRUKTURA (Serbie) : website

Des historiens de chacun des pays participant (France, Bosnie-Herzégovine, Serbie) apporteront un regard historique et critique autour des notions d’histoire et de mémoire pour amener les artistes à porter un regard neuf sur ces problématiques. Chacun des artistes sera ensuite invité, au cours d’une résidence à Belgrade puis à Saint-Étienne, a produire une œuvre, photographique, filmique ou picturale autour de ces questions. Une exposition collective sera présentée d’abord au Gran Lux (où les photos et films seront produits), puis à Sarajevo dans le cadre du Festival Memory Module, et enfin à Belgrade, aux bords du Danube.

VERNISSAGE DE L’EXPOSITION ET CONFÉRENCE

// Vernissage de l’exposition 10 mai 2016 à Duplex 100m2 //

INFOS PRATIQUES :

Duplex100m2 : Obala Kulina Bana 22, first floor
71000 Sarajevo, Bosnia and Herzegovina
+387 (0) 66 488 832 / duplex100m2@gmail.com

L’Hostellerie de Pontempeyrat mène ce projet en partenariat avec la région Rhône-Alpes (volet Fiacre Mobilité internationale), la Ville de Saint-Étienne et l’Institut français.