UKRAINE 2012


UKRAINE – 2012


Elizabeth Saint-Jalmes, artiste en résidence d’accompagnement à l’Hostellerie de Pontempeyrat jusqu’en 2014 / Mitsi en Ukraine 2012

mitsi-ukraine

Notes de l’artiste, 2012

« Plasticienne, j’expérimente dans les champs du dessin, de la sculpture et de la danse.
J’explore avec des artistes de divers horizons la relation du corps avec le son, le dessin, la lumière, la sculpture ( Cyril Leclerc, Mathilde Monfreux, Eric Cordier, Jean-Luc Guionnet,). Les dispositifs mettant le corps à l’épreuve ont pour enjeu de questionner la porosité des espaces : physique, mental, réel, fantasmé….

Depuis deux ans, je mets en relation des sculptures évoquant le corps humain avec le corps réel du danseur. Que ce soit dans ma pratique de dessin ou de la danse contact improvisation, je suis habitée par une obsession du mélange des corps. C’est devenu un jour une nécessité de projeter le dessin dans la danse, en trois dimensions.

J’ai nommé ce projet Mitsi, prénom que j’ai emprunté à un personnage de série américaine qui met le spectateur dans une situation ambiguë : c’est un personnage détestable mais auquel on s’attache, parce que l’on est forcé de s’y reconnaître.
Mon Mitsi à moi est une matière et un personnage, il est hermaphrodite.

Mitsi est un travail de couture, sculptures en tissu Lycra remplies de bourre d’ameublement polyester. Il n’y a pas de patron mais un travail de va et vient entre les pratiques du dessin et la machine à coudre, sans esquisses préparatoires.
Les formes ne sont ni tout a fait abstraites ni tout a fait figuratives. Elles évoquent l’enveloppe du corps, ses charnières et articulations, ses volumes internes et externes. Les attributs trop reconnaissables ont été gommés, enlevés, remplacés par des plus troubles.

Techniquement, en deux ans, les volumes Mitsi se sont mis au service du corps pour lui proposer des passages et des possibles dans la performance.
Mitsi offre un camaïeu de couleurs ocres, beiges : sa couleur doit évoquer la peau et non l’intérieur du corps.

Les volumes sont à appréhender comme un ensemble mais chaque Mitsi se veut autonome, comme un individu faisant partie d’un tout.

Mitsi est une matière qui créée la relation, dans la danse entre les danseurs ou dans l’espace public avec les spectateurs.

http://www.elizabethsaintjalmes.com/Il l’est aussi au sein du projet : prétexte à la rencontre, il me sert de vecteur de collaboration. »

Le projet Mitsi a été accueilli en résidence pendant deux ans à l’Hostellerie de l’Ance à Pontempeyrat par Regards et Mouvements.

Mitsi en Ukraine

« Emmener Mitsi dans le pays de mes origines (le pays de ma grand-mère), c’est d’une part me créer une histoire ici, d’autre part, questionner un contexte culturel et politique. Je veux inviter des artistes Ukrainiens dans le projet. Questionner la condition humaine en posant des actes poétiques avec des artistes d’une culture toute différente de la mienne est ce que je souhaite réaliser dans ce projet.
Jusqu’à présent je pense à inviter Anatoly Bielov, peintre et Waldemare Kretchovski, chorégraphe Ukrainien installé en France. »

http://www.elizabethsaintjalmes.com/