YVES-NOËL GENOD YVES-NOËL GENOD

Motif_Formation

« PLAYING GOD »


From September 8 to 28 [Pontempeyrat] – 135 hours
Training proposed by Yves-Noël Genod

Photo : Yves-Noël Genod

Photo : Yves-Noël Genod

TRAINING OVERVIEW

Audience : any artist from professional stage (two years job tenure)

Learning Objectives :

  • Consider the interpretation as a writer ;
  • Consider the interpretation of freedom as a lesson ;
  • Consider the interpretation as a living (that is to say, not as a job – indeed, not one says game – but as the experiment itself) ;
  • Consider the interpretation as perpetually moving ;
  • Consider a realistic interpretation.

NOTE OF THE TRAINER

« The theater is not, for me, a show or a distraction. Rather it is the synecdoche of the community, access to knowledge of human nature path, where the most extreme aspects of the human being are reported and are subject to reflections. « That’s Romeo Castellucci.
Synecdoche part for the whole. For this fourth and new course at the Hostellerie de Pontempeyrat in Forez, the proposed corpus – immensely large, but not limited to – these are the kings of monstrous Shakespeare play … God! The entanglement of the Wars of the Roses – whose genealogy river is certainly quite incidental to the passions of these figures which are like lightning in the storm, monologue on the battlefield, talking to their horse, in the forest, landscape, as last interlocutors … and especially Richard II, « the mockery king of snow » … There would be here and the Bible, all of the Bible, witches, Job, Abraham, Ecclesiastes, Adam and Eve … the body, it would be epic, « action », speed, tit for tat. And all this would happen, dream it, in a « voice » in the community of an absence: what modern literature says as his supreme power: do not enter, do not say, but « whisper » as wind in the leaves, and budding, then possibly a more perfect and more real to both democratic formation.

For this course, I benefited from the assistance of two caregivers. Sara Rastegar ensuing training there two years ago and has become an incredible filmmaker; his film My red shoes on his exiled Iranian family upset me. You can see L’Ami, her first film, https://vimeo.com/85882161 code: LAMI.

Here is what she said to me : « The cinema takes place precisely at the point of synchronicity which your work is constantly referred to. It would be nice to shoot in nature as if it was at the end of the world and we still had three weeks to tell everything about ourselves, images that would be like the last image, stories of love, the first time life sensations. To begin with, it could be simple static shots. Participants would place before the camera somewhere surrounded by trees and birds and a crude device (like black plans with my parents in my red shoes). « The idea, I add, is not filming for later because » everything that is not immediate is zero « (Emil Cioran). That is to say that the film is absolutely construct daily, in real time, it would have to invent this time, never early or late without non-recyclable waste. Immediate fantasy writing. Invaluable – and unexpected, too – we will Barbéris Isabelle. Isabelle Barbéris who knows very well my work is currently senior lecturer in performing arts at the University Paris Diderot and artistic director of the European project « Duermevela » (a series of performative modules inspired by the myth of the Seven Sleepers of Ephesus) . She also teaches at the School of Manufacture (Lausanne) and is the author of books on contemporary theater and performance (the next will focus on the notion of interval …).

As always in a training that I propose, there is nothing to learn, nothing to gain. That is so important that AFDAS can not understand. All work is to not lose that absolute unknowing that occurs naturally when almost unconscious of the meeting or before the meeting, writes Peter Handke: At a time when we did not know one from each other. What I propose (always) performers with whom I work, is to do what they want. My only requirement (but it is severe): happiness, the joy of working with others, any other or others chosen as husband and wife, siblings, multiple or exclusive friends. For theater theme, the only theme is love, freedom to love, truth – love. Everything Else: sadness and waste.

The site of the Hostellerie de Pontempeyrat is wonderful. We live in caravans, tidy on a sloping field. Everyone sleeps with everyone and his dreams too.

This is a place that always makes me think the withdrawal of William Shakespeare at the time of plague in London, when the theaters were closed and where he began, in the countryside, in a protective, write the poetry. It is a poetic place. But, as in The Decameron, Boccaccio’s book, but rather the idea of ​​a whole gang fleeing the plague, seven young women and three men, it is said …

« Playing God » is the intuition of a unit under the appearances. Imagination, defined by Pierre Guyotat is « entitled to put his eyes and dream thing, almost dream the thing you see, if you want to dream, dwelling, thinking, thinking at the same time we see the thing. This is sth that is almost unthinkable today, say that is made difficult by the proliferation of media, information … This is not a criticism, it is a fact.  »

The great difficulty in theater, movies, dance as well, or singing or anything artistic is credibility : how to play a love scene if you do not believe that the protagonists have unconscious knowledge of one another? No chance. « Prayer » so that « it works » was rarely successful; masterpiece is rare, masterpiece, this is it: we believe, we are amazed to believe. So do not be afraid, if possible, to come as a team, already assembled, 2 or more. Not alone, together, already assembled, it is.

Here’s how I work (how hard I try). This is an excerpt from a text being Frank Smith will serve as a handbook (« Come with me »): « – Put in motion, put into motion blocks feelings that are more person loose and lose and not only your own business leads, loose and lose and do spinning zigzag lines, look what happens between two things loose and still lose, is not alone but accompanied invented, accept what you can gives even by chance, always go on adjacency, not juxtaposition, do not sketch, loose and lose and never meeting, do not Castles in Spain, does not entrust you to anyone I’m here. « Everything poem-prayer-letter to a young poet-troubadour troubadour By villages will also be swept away in the river, in the heart and voice, in the trunk of my lips at the Hostellerie de Pontempeyrat. We want speed by changing water into wine, wine venom and vice versa. That is, « Playing God », the shortcut, the wormhole, the wind in the universe …

Yves -Noël Genod

PRACTICAL INFORMATIONS
/

ledispariteur.blogspot.com
To register for this training, click here – (Registrations must include at least one visible picture)
For further information related to rates and possible funding, contact Vanessa Rippe: v.rippe (at) hostellerie-pontempeyrat.com

Motif_Formation

« JOUER DIEU »


Du 8 au 28 septembre [Pontempeyrat] – 135 heures
Stage conventionné AFDAS proposé par Yves-Noël Genod

Photo : Yves-Noël Genod

Photo : Yves-Noël Genod

PRÉSENTATION DE LA FORMATION

Public concerné : tout artiste de scène professionnel (deux ans d’ancienneté professionnelle)

Objectifs pédagogiques :

  • Envisager l’interprétation en tant qu’auteur ;
  • Envisager l’interprétation comme leçon de liberté ;
  • Envisager l’interprétation comme vivante (c’est-à-dire non comme un travail — d’ailleurs, ne dit-on pas : jeu —, mais comme l’expérimentation même) ;
  • Envisager l’interprétation comme mouvante perpétuellement ;
  • Envisager l’interprétation comme réaliste.

NOTE D’INTENTION

« Le théâtre n’est pas, pour moi, un spectacle ou une distraction. Il est plutôt la synecdoque de la communauté, une voie d’accès à la connaissance de la nature humaine, où les aspects les plus extrêmes de l’être humain sont rapportés et font l’objet de réflexions. » Ça, c’est de Romeo Castellucci.
Synecdoque : partie pour le tout. Pour ce quatrième et nouveau stage à l’Hostellerie de Pontempeyrat, dans le Forez, le corpus proposé — immensément vaste, mais pas restrictif — ce sont les rois monstrueux de Shakespeare qui jouent… à Dieu ! L’enchevêtrement de la Guerre des Deux-Roses — dont la généalogie fleuve est certes tout à fait accessoire par rapport aux passions de ces figures qui sont comme des paratonnerres dans l’orage, monologuant sur des champs de bataille, parlant à leur cheval, à la forêt, au paysage, comme derniers interlocuteurs… et surtout Richard II, « the mockery king of snow »… Il y aurait ça et la Bible, tout de la Bible, les sorcières, Job, Abraham, L’Ecclésiaste, Adam et Eve… Le corpus, ce serait la poésie épique, d’« action », de rapidité, de tac au tac. Et tout cela se ferait, rêvons-le, dans un « murmure », dans la communauté d’une absence : ce que la littérature moderne affirme comme sa puissance suprême : ne pas conclure, ne pas affirmer, mais « murmurer », comme le vent dans les feuilles, et, naissante, alors, possiblement, une formation démocratique plus rêvée et plus réelle à la fois.

Pour ce stage, je bénéficie de l’assistance de 2 intervenantes. Sara Rastegar qui a suivi le stage il y a 2 ans est devenue une cinéaste inouïe ; son film Mes souliers rouges, sur sa famille exilée d’Iran, m’a bouleversé. On peut voir L’Ami, son premier film, https://vimeo.com/85882161 code : LAMI.

Voici ce qu’elle me dit : « Le cinéma prend place précisément à l’endroit de la synchronicité auquel ton travail ne cesse de faire référence. Ce serait beau de filmer dans la nature comme si on se situait au bout du monde et qu’il nous restait 3 semaines pour tout raconter de nous-même, des images qui seraient comme la dernière image, des récits d’amour, des premières fois, des sensations de vie. Pour commencer, ça pourrait être de simples plans fixes. Les participants se placeraient devant la caméra quelque part entourés d’arbres et d’oiseaux et dans un dispositif brut (comme les plans noirs avec mes parents dans Mes souliers rouges). » L’idée, j’ajoute, n’est pas de filmer pour plus tard car « tout ce qui n’est pas immédiat est nul » (Emil Cioran). C’est-à-dire que le film se construirait absolument au jour le jour, en temps réel, qu’il faudrait inventer ce temps, jamais en avance ou en retard, sans déchets non recyclables. Imagination immédiate de l’écriture. Une aide précieuse — et inespérée, elle aussi — nous viendra d’Isabelle Barbéris. Isabelle Barbéris qui connaît très bien mon travail est actuellement maître de conférences en arts de la scène à l’université Paris Diderot et la directrice artistique du projet européen « Duermevela » (un cycle de modules performatifs inspiré du mythe des Sept Dormants d’Ephèse). Elle enseigne également à l’école de La Manufacture (Lausanne) et elle est l’auteur d’ouvrages sur le théâtre contemporain et sur la performance (le prochain portera sur la notion d’entracte…) .

Comme toujours dans un stage que je propose, il n’y aura rien à apprendre, rien à acquérir. Ça, c’est si important que l’AFDAS ne peut pas le comprendre. Tout le travail consiste à ne pas perdre cet absolu de l’inconnaissance qui se manifeste naturellement au moment presque inconscient de la rencontre ou même avant la rencontre, comme l’écrit Peter Handke : à L’Heure où nous ne savions rien l’un de l’autre. Ce que je propose (toujours) aux interprètes avec lesquels je travaille, c’est de faire ce qu’ils veulent. Ma seule exigence (mais elle est sévère) : le bonheur, la joie de travailler avec les autres, n’importe quels autres ou les autres choisis, comme mari et femme, frères et sœurs, amis multiples ou exclusifs. Car le thème du théâtre, l’unique thème, c’est l’amour, la liberté d’aimer, la vérité — d’aimer. Tout le reste : tristesse et déchet.

Le site de l’Hostellerie de Pontempeyrat est merveilleux. Nous vivons dans des caravanes, bien rangées sur un champ pentu. Tout le monde y couche avec tout le monde et avec ses rêves aussi.

C’est un lieu qui me fait toujours penser au retrait de William Shakespeare au moment de la peste à Londres, au moment où les théâtres ont fermé et où il s’est mis, à la campagne, chez un protecteur, à écrire de la poésie. C’est un lieu poétique. Mais, comme dans Le Décaméron, le livre de Boccace, c’est plutôt l’idée d’une troupe entière qui fuient la peste, 7 jeunes femmes et 3 hommes, est-il dit…

« Jouer Dieu », c’est l’intuition d’une unité sous les apparences. L’imagination, définie par Pierre Guyotat, est « la faculté de poser son regard et de rêver la chose, quasiment de rêver la chose qu’on voit, si vous voulez, de rêver, de s’appesantir, de penser, de penser en même temps qu’on voit la chose. C’est qqch qui est presque impensable aujourd’hui, disons qui est rendu difficile par la multiplication des supports, des informations…C’est pas une critique, c’est une constatation.»

La grande difficulté au théâtre, au cinéma, dans la danse aussi bien, ou le chant ou quoi que ce soit d’artistique, c’est la crédibilité : comment jouer une scène d’amour si on ne croit pas que les protagonistes ont une connaissance inconsciente l’un de l’autre ? Aucune chance. La « prière » pour que « ça fonctionne » n’aboutit que rarement ; le chef d’œuvre est rare et, le chef d’œuvre, ce n’est que ça : on y croit, on est ébloui d’y croire. Alors ne pas avoir peur, si possible, de venir en équipe, déjà rassemblés, à 2 ou à plus. Pas seul, tous ensemble, déjà rassemblés, c’est ça.

Voici comment je travaille (comment j’essaye). C’est un extrait d’un texte en cours de Frank Smith qui nous servira de vade-mecum (« viens avec moi ») : « — Mets en mouvement, mets en mouvement des blocs de sentiments qui ne soient plus à personne, lâche et perds et ne mène pas seul ta propre affaire, lâche et perds et fais filer les lignes en zigzag, cherche ce qui passe entre 2 choses, lâche et perds encore, ne trouve pas seul mais invente accompagné, accepte ce que l’on te donne même par hasard, pars toujours en adjacence, ne juxtapose pas, ne fais qu’esquisser, lâche et perds et jamais de réunion, ne fais pas de Châteaux en Espagne, ne te confie à personne je suis là. » Tout ce poème-prière-lettre à un jeune poète-troubadour-trouvère Par les villages sera aussi emporté dans la rivière, dans le cœur et dans la voix, dans la valise de mes lèvres à l’Hostellerie de Pontempeyrat. Nous voulons par vitesse changer l’eau en vin, le vin en venin et vice versa. C’est cela, « Jouer Dieu », le raccourci, le trou de ver, le vent dans l’univers…

Yves-Noël Genod

INFORMATIONS PRATIQUES
/
ledispariteur.blogspot.com
Pour vous inscrire à cette formation, cliquez ici – (toute inscription doit comporter au moins une photo bien visible)
Pour tout complément d’information lié aux tarifs et financements possibles, contactez Vanessa Rippe : v.rippe(at)hostellerie-pontempeyrat.com