EXPLORER DE NOUVELLLES ÉCRITURES DRAMATURGIQUES OÙ MUSIQUE ET MOUVEMENT EXISTENT ENSEMBLE
Julie Mondor 

Du mercredi 8 au jeudi 16 janvier 2025
Espace culturel La Buire · L’Horme

Cette formation a pour objectif d’amener la rencontrer entre circassien·ne·s, danseur· euse·s, performeur·euse·s, et musicien·ne·s improvisateur·rice·s pour explorer de nouvelles écritures dramaturgiques au travers d’improvisations structurées et de travaux de composition. Il s’agit d’apprendre à se connaître, de mettre des mots sur la discipline de l’autre, de comprendre les réalités et les contraintes de chaque pratique afin de trouver un langage commun. Nous sortirons de la simple juxtaposition du travail du mouvement et du travail musical, éviterons l’illustration musicale de la performance pour explorer d’autres formes de relations, l’interrelation, ainsi que de nouveaux équilibres sonores et physiques.

OBJECTIFS
Vous avez une pratique musicale (musicien·ne improvisateur·rice, pratique de la voix…)
– Développer de nouveaux liens entre le corps, l’instrument et la pratique pour éviter de se faire absorber par le visuel et de devenir absent à son propre corps et à l’espace.
– Travailler sur la présence du corps et ce qu’elle permet comme écriture et comme dialogue avec l’autre.
– Observer et prendre du recul sur sa posture habituelle liée à l’exigence technique.
– Visiter et parcourir l’espace de jeu, de manière à s’ouvrir à d’autres possibles.
– Se réapproprier sa présence pour donner à voir ce que l’on souhaite à travers sa corporalité.

Vous avez une pratique du mouvement (circassien·ne, danseur·euse, performeur·euse…)
– Mieux connaître le·la musicien·ne et son espace et tisser de nouveaux modes d’interaction. Quelles relations peuvent s’installer avant même que naissent le mouvement et la musique ?
– Développer son écoute du son, sa texture, sa dynamique, ses couleurs et faire l’expérience des nouveaux chemins et des résonances que cela ouvre pour le corps.
– Observer les gestes instrumentaux comme une nouvelle grammaire à partager ou à renverser pour construire un vocabulaire commun.
– Intégrer la musique et le musicien comme point de départ d’une écriture au plateau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Julie Meyrin 

INTERVENANTE · Julie Mondor 

Musicienne classique de formation, violoncelliste, Julie Mondor joue aussi bien le répertoire baroque que la musique contemporaine. Poursuivant ce parcours de violoncelliste, avec de nombreux concerts, elle a initié un parcours dans le théâtre et le cirque contemporain depuis plus de 15 ans, au travers de différents spectacles en tant que comédienne, musicienne, com- positrice et auteure.

C’est lors de différents stages sur le masque, le clown, le bouffon (Alain Gautré, École Lecoq), qu’elle nourrit sa réflexion sur le corps de l’instrumentiste. De 2011 à 2013 elle se forme à la danse Butô avec Richard Cayre et la ligne de désir. En 2005, elle co-fonde le collectif « La Scabreuse », et signe 3 spectacles (cirque-musique théâtre) : [TAÏTEUL] en 2006, La mourre en 2009 et le solo Secret Public dans lesquels la question de la place de la musique sur scène et du corps est présente.

Elle obtient en 2016 un diplôme de composition électro-acoustique au conservatoire de Pantin sous la direction de Christine Groult, Marco Marini et Jonathan Prager. Elle est lauréate en 2014 de la résidence de composition au centre d’art OMI (NY) aux USA. Par ailleurs elle est formatrice à l’Académie Fratellini (depuis 2013) pour développer un travail de recherche et de réflexion autour du son et de la musique et pour développer de nouveaux rapports entre la musique et le plateau. Elle a également enseigné au CNAC et à l’ENACR.

Mer 8 > Jeu 16 janvier 2025
Espace culturel La Buire · L’Horme (42)

Date limite de candidature : à venir

→  Participant·e·s :

Musicien·ne·s improvisateur·rice·s, circassien·ne·s, danseur·euse·s, performeur·euse·s / Double-profils possibles (pratique à la fois de la musique et du mouvement) / Pratiques de la voix possibles (chant, poésie sonore…)

→ Coût pédagogique :
Devis sur demande en cas d’une prise en charge dans la cadre de la formation professionnelle
640€ en financement propre
Les transports, l’hébergement et les repas sont à la charge du stagiaire

→ Informations, accompagnement recherche financement et référent handicap – Contactez nous : marie-irma@superstrat.fr